Le mécénat : un projet, un besoin, votre contribution


Un moyen de faire-valoir votre image en réalisant une bonne action.

mécénat patrimonial achat de locomotive à vapeur pour le cftb

Un projet de mécénat patrimonial : l'achat d'une locomotive à vapeur pour le Chemin de Fer Touristique de la Brévenne, plus connu sous le nom de « petit train des monts du Lyonnais ».

Le mot mécénat vient de Gaius Maecenas, conseiller de l’Empereur Romain Auguste et protecteur des belles lettres. Il promouvait l’activité artistique telle qu’entendue à l’époque : les lettres et la poésie. Il fut le premier « mécène » à porter ce nom mais ne fut pas le premier à aider les artistes dans leur création.
Dès l’Egypte ancienne, Pharaon soutenait l’art et dans la Grèce antique, ce fonctionnement perdura. Alexandre Le Grand était un des grands mécènes de l’Antiquité. Le mécénat servait alors à acquérir des œuvres utilisées comme faire-valoir et outil de démonstration d’un pouvoir.

A l’avènement de l’ère Chrétienne, le mécénat a connu un fort développement encadré par le christianisme qui opposait l’Art Chrétien à visée didactique à l’Art profane. Une forme d’iconoclasme s’est alors développée et le mécénat s’est concentré sur l’Art Religieux.

Au XIII et XIVème siècle, le mécénat laïc apparaît puis au XIV-XVIème siècle l’érudition provoque l’apparition d’un mécénat des Princes, principalement en Italie.
Le XVIIIème siècle amorce le déclin du Grand Mécénat, l’Etat reprend le rôle de mécène au détriment du mécénat privé qui, de nos jours, refait surface. Cependant, si le mécène, arbitre du goût, et l’artiste, artisan de l’idée esthétique, ont longtemps été indissociables, le projet artistique existe aujourd’hui indépendamment de son mécène et l’artiste reste maître de sa propre création.

Le mécénat en France contemporaine.

La loi de 2003 définit le mécénat comme un « soutien matériel apporté sans contrepartie de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l’exercice d’activité présentant un intérêt général ».
Ainsi, à la différence du parrainage qui vise à faire vendre un produit, le mécénat vise à valoriser la marque et la contrepartie reste institutionnelle. Le mécénat ne vise pas la vente mais est davantage àfaire-valoir de l’image de l’entreprise en parlant d’autre chose que d’elle-même.
Aujourd’hui, le mécénat ne se réduit plus au domaine artistique, il touche de nombreux secteurs. Sports, culture, patrimoine, social, sociétal… autant de champs d’interventions nouveaux du mécénat.

Le mécénat a de multiples avantages, même si les contreparties ne sont pas obligatoires.
Il y a tout d’abord le retour important en terme d’image, tant en interne, pour les employés, qu’en externe pour vos partenaires et clients.
Il y a aussi la possibilité d’une déduction fiscale pour les personnes et les entreprises assujetties à l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés Cette déduction est égale à 60 % du montant du don dans la limite d'un plafond de 5 ‰ (5 pour mille) du chiffre d'affaires annuel pour les entreprises. De plus, les donataires peuvent offrir une contrepartie, à condition que celle-ci n’excède pas 25 % du montant total du don.

AmaZili participe activement à la mise en place de programmes de mécénat, une de nos dernières interventions concerne le Chemin de Fer Touristique de la Brévenne qui tente de lever 200 000€ pour l’achat d’une nouvelle locomotive à vapeur. Dans le cadre de cette action, l’ensemble de la communication sera revue afin de fournir mettre en avant les donateurs et amis du train (billets, dépliants, sites web, panneaux d’affichages, bâches, organisation d’évènements…).


Commentaires (0)


Ajouter un commentaire

Les commentaires sur ce sujet ne sont plus acceptés.